25/09/2007

Bière et chanson 5 ; Le Faro

Le Faro (auteur inconnu)

J’ai bu jadis du vin d’Espagne,
Du chambertin et du champagne,
Enfin, les vins de tous les crus,
Je les ai bus, je les ai bus,
Maintenant ces vins qu’on renomme,
Nectars chéris du gastronome,
Ne me semble que du coco !
Car j’ai bu du faro ! (bis)

Ma femme a l’humeur massacrante,
Si de la maison je m’absente,
Elle me voit soir et matin,
Le verre en main, le verre en main,
Va ! tu peux maugréer quand même,
Ne crois pas que c’est toi que j’aime,
Ma chère, je le dis tout haut,
J’aime le bon faro ! (bis)

Mon oncle Jean se persuade,
Qu’il est souffrant, qu’il est malade,
Pour rien il court plein de terreur,
Chez le docteur, chez le docteur,
De cent drogues il fait usage,
On ne l’entendrait pas je gage,
Se plaindre du moindre bobo,
S’il avait du faro ! (bis)

Cher Edmond, si de la fortune,
L’infidélité t’importune,
Si pour toi le sort un beau jour,
N’a plus d’amour, n’a plus d’amour,
Ah ! ne va pas gémir sans cesse,
Des caprices de ta traîtresse,
Et dire ta plainte à l’écho,
Viens boire du faro ! (bis)

Amis, quand la soif ‘aiguillonne,
Je bois, la raison m’abandonne,
Alors, je me crois pour de bon,
Riche et baron, riche et baron,
Mais par malheur ce n’est qu’un rêve,
Le lendemain quand je me lève,
Je me retrouve à l’Amigo,
Y cuvant mon faro ! (bis)

Messieurs, ce que j’ambitionne,
C’est qu’on trouve ma chanson bonne,
Mais si vous trouvez que mes vers,
Sont de travers, sont de travers,
Ah ! n’en accuser pas ma muse,
Quand je les fis (c’est mon excuse),
Pris sans doute d’un vertigo,

J’avais bu du faro(bis)

21:36 Écrit par gode dans bière et chanson | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : faro, biere, bruxelles |  Facebook |

12/01/2007

In den auden olephant

olephantElle est connue, cette enseigne de pierre de la petite rue de la Violette. Pourtant, pour de nombreux ouvrages sur Bruxelles, son origine semble être perdue, estaminet, restaurant...? En fouillant dans de vieux bouquins, j'ai trouvé une publicité pour un fabriquant de chocolat "A l'Elephant". Le rapport? Ce fabriquant de chocolat était installé aux 19, 21 et 21bis de la rue de Chapeliers soit à l'arrière (ou à l'avant selon l'époque probablement) de notre fameuse enseigne. Cette publicité de 1875 nous apprend aussi que la maison a été fondée en 1700. Le chocolatier a t-il placé l'enseigne, ou a t-il baptisé son commerce du nom d'une enseigne existante, mystère (et boule de gomme, c'est de circonstance). De là à faire le lien avec une autre marque de chocolat à l'éléphant, il y a un pas que je ne franchirais pas (quoique, si on pouvais établir que Charles Neuhaus a repris l'Eléphant, vu que c'est lui qui a déposé la marque côte d'or en 1883...)

12:59 Écrit par gode dans Bruxelles | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : bruxelles, chocolat |  Facebook |