05/09/2007

Quand bière rime avec caractère

L'événement brassicole buxellois à ne pas manquer, c'est ce week-end. Ce n'est pas à la Grand-Place, il y aura beaucoup moins de monde et la presse se fera probablement très discrète sur le sujet, et pourtant c'est là que le véritable amateur de bière doit se rendre. Amateur d'oktoberfeest, passez votre chemin, ici, c'est le haut du panier en matière de bière belge (j'avoue ne pas connaître les brasseries étrangères présentes, mais faisons confiance aux organisateurs).

Pas de brasserie industrielle, que des artisans qui travaillent des matières premières de qualité et nous sortent des bières amères ou acides à des lieues des bières sucrées, fruitées ou épicées à outrance qu'on tente de nous imposer. Ca sent bon le houblon. Près de 70 bières seront proposées à vos papilles, il faudra faire des choix douloureux. Mais je me permet quand même de vous conseiller de goûter la Rédor pils de chez Dupont afin de juger le gouffre qui sépare une pils artisanale d'une industrielle.  

Festival Bruxellensis
Glacières de St-Gilles (rue de la Glacière 18)
samedi de 12 à 23, dimanche de 12 à 21.
plus d'infos sur http://www.festivalbruxellensis.be/

brux

L'entrée est libre. Vous devez acheter votre verre de 15 cc (3€ et qui reste votre propriété) et les jetons sont à 1,2€.

 

 

10:44 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

31/03/2005

Toer de Geuze

Amateurs de lambic pur et dur, ceci est pour vous.

Organisé par l’Horal (Hooge raad voor ambachtelijke lambikbieren), il s’agit d’un circuit dont les différentes étapes sont des brasseurs et assembleurs de lambic du Payottenland. Pour une somme modique (5€ payés une fois pour toute à la première visite), on a le droit de participer aux visites et dégustations proposées par les différents brasseurs et ce entre 10 et 17 heures. L’occasion de visiter les installations mais aussi de goûter directement au lambic, qui est très rarement disponible dans sa version originale en dehors de la brasserie. Rappelons que c’est la plus ancienne forme de bière qui nous soit parvenue (lire à ce sujet les différents post ; “les bières bruxelloises”).

Participent à cette édition ; Drie Fonteinen, De Cam, Lindemans, De Troch, Hanssens, De Keermaeker, Timmermans et Boon.

Attention, le toer de geuze n’a lieu que tous les 2 ans

15:03 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/03/2005

ZBF

Seconde édition du Zythos Bier Festival ce week-end à Sint Niklaas.
Zythos a remplacé OBP (Objectieve Bier Proevers), qui pour des raisons qui leur appartiennent ont sabordé leur association.
Après une période de flottement, ZYTHOS a été crée. ZYTHOS regroupe plusieurs associations locales, pour le moment toutes localisées en Flandre.
Le but de ces associations et la défense et la promotion de la bière, par des exposés, des séances de dégustation, visites de brasseries, gastronomie à la bière, etc...
ZYTHOS est aussi un groupe de pression, pour la défense des particularités locale comme le lambic ou les vieilles brunes, une opposition à la généralisation du goût sucré dans la bière, l'indication d'une date d'embouteillage sur les étiquettes non d'une date de péremption qui n'a aucune raison d'être, une règlementation sur les bières étiquettes, etc...
Le ZBF remplace les 24 heures de la bière qui se tenaient traditionnellement à Anvers. La Oude Handelsbeurs n'étant plus accessible pour ce genre d'évenement, le festival a déménagé à St-Niklaas. Et s'il n'a pas encore atteind la popularité des 24 heures, nul doute qu'un déplacement en vaut la peine. C'est l'occasion de rencontrer des brasseurs, mais aussi de goûter des bières à la distribution très locale.
L'accès est libre. On doit juste acheter son verre (15 cl). Les boissons sont vendues 1€.
La salle est en face de la gare, et il y a moyen de contrôler son alcoolémie sur place. Aucune excuse dont pour reprendre le volant en ayant bu le petit coup de trop.

15:48 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/12/2004

La bière bruxelloise 4 ; la kriek

 La kriek-lambic traditionnelle est obtenue par la macération de cerises (équeutées mais non dénoyautées) dans du lambic. Le lambic fruité sera refermenté en bouteille.

Il était fait usage de griotte ou cerise de Schaerbeek, celle-ci devenant de plus en plus rare, il est fait usage d’autres variétés de cerises du nord. Ces cerises sont acidulées, tout comme le lambic dans lequel elles macèrent. Le résultat ne peut donc être qu’une bière acide. On se souviendra d’ailleurs que le verre de kriek était accompagné de sucre en morceaux que l’on pouvait ou non ajouter à la bière. Le sucre était écrasé directement dans le verre et mélangé à la bière à l’aide d’un stoemper (raison pour laquelle les anciens verres à gueuze ou kriek était plus épais que les autres). Ce sont en général les dames qui ajoutaient du sucre à la kriek. Les hommes se devaient de la boire telle qu’elle.

Pour les krieks “modernes”, plus besoin de stoemper, ni parfois même de fruits. On ajoute à la bière de base (qui n’est pas forcément 100% lambic) du jus, sirop, ou extrait au goût de cerise, on édulcore à souhait, et on obtient une bière au goût de bonbon à la cerise, et tellement sucrée qu’il est impossible de s’en désaltérer. 

On trouve aussi sur le marché des kriek faites à partir de bière blonde ou brune, voire de blanche, mais ce n’est pas le sujet

00:07 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

28/10/2004

La bière bruxellois 3 ; la gueuze

Probablement la plus connue des bières bruxellois ; la gueuze.

On ne brasse pas la gueuze, elle résulte d’un savant assemblage de lambics d’âges différents, en général 1, 2 et 3 ans. Une refermentation en bouteille (toujours sans sucre ni levure ajoutée) va donner mousse et pétillant. On veillera à ne consommer que des gueuzes artisanales (l’appellation oude geuze - vieille gueuze leur est réservée) provenant des brasseries Cantillon, Drie Fonteinen, Boon, Girardin, De Troch, Dekeersmaker, Timmermans, Lindemans et des assembleurs Hanssens et De Cam. Une gueuze artisanale peut se conserver plus de vingt ans dans une bonne cave.

Les gueuzes industrielles sont à éviter. Elles n’ont de gueuze que le nom, puisque se sont bien souvent des bières de haute fermentation auxquelles on a ajouté quelques % de lambic, et du sucre.



12:15 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

19/09/2004

La bière bruxelloise 2 : le faro

On ne trouve plus de faro fabriqué comme à son origine. Le faro était un coupage de lambic trop acide avec de la bière de mars, mais de nos jours, plus personne ne brasse de la mars (on réalisait un second brassin avec les drèches d'un premier). Le faro était la bière bruxelloise la plus populaire mais l'arrivée des pils puis la mode des bières étrangères au début du siècle a eu raison d'elle.
Le faro est donc devenu un lambic édulcoré avec du sucre candi et coloré avec du caramel mais on en trouve encore lors des fêtes bruxelloises, proposé avec succès par l'Ordre du Faro (on y reviendra) et quelques estaminets bruxellois le servent encore au fût.
Le Zageman (Cantillon)
Le Ploegmans (Timmermans)
Le Poechenellekelder (Lindemans)
Le Madou (Lindemans)
et la Mort Subite (Mort-Subite).
A Beersel chez Drie Fonteinen.
Il est évidement possible d'en commander directement auprès des brasseurs de lambics.

21:09 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

16/09/2004

Sint-Pieters Brouwerij

Il était prévu qu'elle s'installe à Bruxelles, mais un problème d'affectation du territoire a fait qu'elle s'est réfugiée à Leeuw-St-Pierre. Dernière née de brasserie brabançonne, elle a été crée sous l'impulsion d'un ...musicien de formation, brasseur amateur à ses heures.
Une seule bière pour l'instant, la Zinnebir (il n'y a pas de faute). Bière blonde légère (5,5%), elle rappelle une saison. A consommer pour se désaltérer, en été ou en guindaille, elle laisse une discrète amertume en bouche.
Sint-Pieters Brouwerij
Victor Nonnemansstraat 40a
1600 Sint-Pieters-Leeuw
 

17:14 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/08/2004

la bière bruxelloise 1 ; le lambic

Le lambic est un survivant. Ils ne sont plus qu’une poignée, à Bruxelles et dans le Payottenland à encore en brasser. A l’origine, toutes les bières sont de fermentation spontanée, mais elle se conservaient difficilement. Sauf dans la vallée de la Senne, où l’action des levures sauvages permettaient de conserver la bière de longs mois, voire des années, ce qui est encore un mystère de nos jours. Les travaux de Pasteur, puis de Hanssen ont permis de comprendre la fermentation et de remédier au problème de la conservation de la bière. Mais à Bruxelles et dans une partie du Brabant Flamand, on continue encore aujourd’hui à fabriquer de la bière sans ajouter de levure. Après l’ébullition, le moût débarrassé du houblon est pompé dans un bac large et peu profond où il va refroidir pendant une nuit, exposé à l’air ambiant. C’est durant cette période que des levures sauvages vont ensemencer le moût qui va être transféré dans des barriques où il va commencer sa lente fermentation. Le résultat est une bière légère, sans mousse ni pétillant au goût acidulé, voire franchement acide.

Ou en boire? C’est là que ça coince. A Bruxelles, je ne vois que la brasserie Cantillon qui va vous le servir nature. Ailleurs, comme à la Bécasse, il sera plus que probablement édulcoré.

A Beersel, 2 adresses, 3 Fonteinen et In de Oude Pruim. A Gooik, chez De Cam.

Les produits dérivés, comme le faro, la gueuze ou la kriek....c’est une autre histoire


00:11 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/08/2004

Brasserie Cantillon

Dernière brasserie traditionnelle de Bruxelles, la brasserie Cantillon est aussi Musée Bruxellois de la Gueuze. Orientation qui a été prise alors que la consommation du lambic et ses dérivés était dans le creux de la vague.

Cela nous permet aujourd’hui de faire un saut dans le temps et de déambuler dans une brasserie de 1900 où quasiment rien n’a changé. La visite peut se faire de façon individuelle, après une courte introduction sur le sujet. Et en route pour la vieille cuve d’empâtage, les casseroles en cuivre rouge, le bac refroidissoir sous le toit, les alignements de fûts dans des pièces envahies par...les toiles d’araignées. Meilleures alliées du brasseur pour lutter contre les insectes indésirables.

En fin de parcours, une dégustation de 2 produits maison vous attend, afin de ne plus rien ignorer de la fabrication artisanale du lambic et de ses dérivés.

La brasserie organise également chaque année un brassin public (cette année le 06.11).

Brasserie Cantillon

rue Gheude 56

1070 Anderlecht

02.521.49.28

du lundi au vendredi de 9 à 17 heures.

Le samedi de 10 à 17 heures.



18:35 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/08/2004

Brassicolement-vôtre

Il est peut-être temps que je vous parle de mon autre site, d'autant qu'il vient d'être mis à jour.
Brassicolement-Vôtre est uniquement et exclusivement consacré à la bière belge. Encore un me direz-vous. C'est vrais qu'il y en a d'autres, parfois très bien fait, mais j'ai voulu développer le côté visuel du sujet. Oh, pas par le contenant, qui est techniquement et visuellement très basique, mais plutôt par le contenu. Ainsi, plus de 1600 photos agrémentent le site. Les photos de bouteilles et de verres évidement (environ 1200), mais j'ai voulu montrer les endroits où sont brassées vos bières préférées. Ce sont ainsi 26 brasseries qui vous ouvrent déjà leurs portes.
Je crois que c'est la principale originalité du site.
Il est complété par des rubriques sur la fabrication, l'histoire, la dégustations, un agenda et une rubrique ou je renseigne les bonnes adresses pour aller prendre un verre.
http://www.brassicolement-votre.org


14:09 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/08/2004

Dégustation ; Boskeun

La Boskeun, le "lapin des bois", surnom d'un des "Dolle Brouwers" d'Essen. Leur histoire mérite un post séparé au minimum. Voyons comment un architecte et un médecin (boskeun c'était le médecin) ont imaginé leur bière de Pâques. Ce n'est pas la saison, c'est vrai, mais les bières provenant de cette brasserie gagnent à mûrir quelques mois encore après leur mise en bouteille, et pour juger de l'évolution, il faut bien en ouvrir une de temps en temps (toutes les excuses sont bonnes :0). J'ai donc débouché une Boskeun alors que la température ambiante daignait enfin de perdre l'un ou l'autre degré. La bouteille a été rafraichie quelques heures au frigo. Elle se présente comme une blonde cuivrée tirant un petit 7% Alc. et refermentée en bouteille. Douce à l'odeur, elle l'est également à l'attaque en bouche. Mais on la sent hésitante, et finalement c'est une sécheresse de malt qui prend le dessus et persiste très longtemps en bouche. Celle-ci mérite encore quelques mois de cave qui vont atténuer sa douceur et affirmer son goût.
 

01:18 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/08/2004

Dégustation : Kriek Liefmans

Pas évident de se désaltérer par ces chaleurs. On se prendrait bien une bière fruitée, une kriek par exemple. Seulement voilà, les kriek disponibles sont souvent le mélange d'une bière quelconque additionnée d'un sirop de cerise sucré à souhait, qu'elle soit primeur (suivez mon regard) ou non. Alors, comme la Hansens, la Boon, la Cantillon etc... sont peu disponibles, vous trouverez dans la plupart des moyennes et grandes surface la kriek Liefmans.
Ici, il ne s'agit pas d'une kriek lambic, mais d'une kriek sur base de vieille brune d'Oudenaarde. Liefmans a été repris par Riva et les bières sont brassée là-bas, mais subissent leur fermentation dans la brasserie Liefmans. La kriek est assez légère, 6% alc., la mousse est abondante et de bonne tenue, l'odeur de cerise (et pas de bonbon à...) présente et agréable, la robe d'un brun-rouge foncé.
Le goût est assez doux à l'attaque en bouche, mais une petite pointe d'acidité en arrière goût rappelle les origines de la belle. Elle ne peut avec les chaleurs actuelles, être servie à température ambiante. Mais sortant d'une cave bien fraîche ou à la rigueur après quelques heures de frigo...
Elle est disponible en bouteille de 37,5 ou de 75 cc, reconnaissable à son papier de soie qui emballe la bouteille.

20:01 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |