29/08/2004

Une p'tite chanson

Amis buvons la bonn'bière bruxelloise
C'est une bière qui a du goût
Amis buvons la bonn'bière bruxelloise
C'est une bière bien de chez nous

Et mon grand-père et ma grand-mère
Au temps où Bruxelles brusselait
Et puis mon père et puis ma mère
Prenaient leur gueuze au cabaret

Amis buvons la bonn'bière bruxelloise
C'est une bière qui a du goût
Amis buvons la bonn'bière bruxelloise
C'est une bière bien de chez nous

La Kriek légère, rousse dans son verre
Et la Framboise comme apéro
Lambik, mon frère, remplis nos verres
Sans oublier ce bon Faro

Amis buvons la bonn'bière bruxelloise
C'est une bière qui a du goût
Amis buvons la bonn'bière bruxelloise
C'est une bière bien de chez nous

Amis, mes frères, levons nos verres
Car pour Bruxelles, il faut trinquer
Amis, mes frères, levons nos verres
Nous allons boire à l'amitié

Amis buvons la bonn'bière bruxelloise
C'est une bière qui a du goût
Amis buvons la bonn'bière bruxelloise
C'est une bière bien de chez nous

 paroles et musique de Robert Hemmerdinger pour la fanfare du Meyboom

00:13 Écrit par gode dans bière et chanson | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

la bière bruxelloise 1 ; le lambic

Le lambic est un survivant. Ils ne sont plus qu’une poignée, à Bruxelles et dans le Payottenland à encore en brasser. A l’origine, toutes les bières sont de fermentation spontanée, mais elle se conservaient difficilement. Sauf dans la vallée de la Senne, où l’action des levures sauvages permettaient de conserver la bière de longs mois, voire des années, ce qui est encore un mystère de nos jours. Les travaux de Pasteur, puis de Hanssen ont permis de comprendre la fermentation et de remédier au problème de la conservation de la bière. Mais à Bruxelles et dans une partie du Brabant Flamand, on continue encore aujourd’hui à fabriquer de la bière sans ajouter de levure. Après l’ébullition, le moût débarrassé du houblon est pompé dans un bac large et peu profond où il va refroidir pendant une nuit, exposé à l’air ambiant. C’est durant cette période que des levures sauvages vont ensemencer le moût qui va être transféré dans des barriques où il va commencer sa lente fermentation. Le résultat est une bière légère, sans mousse ni pétillant au goût acidulé, voire franchement acide.

Ou en boire? C’est là que ça coince. A Bruxelles, je ne vois que la brasserie Cantillon qui va vous le servir nature. Ailleurs, comme à la Bécasse, il sera plus que probablement édulcoré.

A Beersel, 2 adresses, 3 Fonteinen et In de Oude Pruim. A Gooik, chez De Cam.

Les produits dérivés, comme le faro, la gueuze ou la kriek....c’est une autre histoire


00:11 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/08/2004

Caricole or not caricole

Pour l’Ordre de la Caricole, une caricole est un escargot de mer, un bulot. Mais d’après mes différents dictionnaires Bruxellois (Starck-Claessens, Quievreux) , et les vendeurs du savoureux mollusque eux même, une caricole est un bigorneau. L’escargot restant escargot (sauf le terrestre qui s’est vu affubler du nom poétique de chenuesekluete).

La tradition de la caricole remonte à l’époque où Bruxelles est devenu port de mer, en 1562, suite au percement d’un canal reliant la ville au Ruppel. Les marchands ambulants de produits de la mer (moules, crevettes, crabes…) se sont développé en même temps que les premiers bateaux accostaient dans les nouveaux bassins. La tradition s’est perpétuée et aujourd’hui encore, rares sont les fêtes et marchés sans marchand de moules crues accompagnées marollesaus ou d’escargots mijotant dans leur casserole émaillée.

A suivre...



23:15 Écrit par gode dans Bruxelles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/08/2004

Le Gauguin

Ce n’est pas la meilleure adresse pour boire un verre à Bruxelles. C’est bruyant, encombré, impossible de se garer à proximité. Pourtant, un “je ne sais quoi” nous y ramène. L’endroit, il est vrai, a vu défiler des générations de guindailleurs. Et régulièrement, il en est, pourtant devenus “bourgeois” qui reviennent sur les lieux de leurs exploits bibitifs (et parfois autres...), se mêler à la génération actuelle. On a tous laissé quelque chose au Gauguin, un part de jeunesse, d’amitié et de fraternité que l’on tente de retrouver au détour d’une table. Avant c’était mieux.

 

Le Gauguin

Si vous ne connaissez pas déjà l’adresse, ce n’est pas la peine.


10:44 Écrit par gode dans bonnes adresses | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

26/08/2004

COPROSAIN

COPROSAIN est une coopérative qui transforme et commercialise les produits de 44 fermes du Hainaut occidental. Présente sur une dizaine de marchés, elle a également, et c’est ça qui nous intéresse, un magasin à Bruxelles.

Installé au-dessus du Delhaize de l’avenue De Fre, le magasin nous propose une gamme assez étendue; boucherie, charcuterie, boulangerie, patisserie, produits laitiers..., complétée de bières de la même région et autres produits, souvent issus de l’agriculture biologique.

La qualité des produits proposés mérite que l’on y fasse un saut.

COPROSAIN

Avenue De Fré 82

1180 Uccle

02.372.32.12


14:22 Écrit par gode dans bonnes adresses | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/08/2004

Brasserie Cantillon

Dernière brasserie traditionnelle de Bruxelles, la brasserie Cantillon est aussi Musée Bruxellois de la Gueuze. Orientation qui a été prise alors que la consommation du lambic et ses dérivés était dans le creux de la vague.

Cela nous permet aujourd’hui de faire un saut dans le temps et de déambuler dans une brasserie de 1900 où quasiment rien n’a changé. La visite peut se faire de façon individuelle, après une courte introduction sur le sujet. Et en route pour la vieille cuve d’empâtage, les casseroles en cuivre rouge, le bac refroidissoir sous le toit, les alignements de fûts dans des pièces envahies par...les toiles d’araignées. Meilleures alliées du brasseur pour lutter contre les insectes indésirables.

En fin de parcours, une dégustation de 2 produits maison vous attend, afin de ne plus rien ignorer de la fabrication artisanale du lambic et de ses dérivés.

La brasserie organise également chaque année un brassin public (cette année le 06.11).

Brasserie Cantillon

rue Gheude 56

1070 Anderlecht

02.521.49.28

du lundi au vendredi de 9 à 17 heures.

Le samedi de 10 à 17 heures.



18:35 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/08/2004

Recette : carbonnades de cheval

Expérience culinaire du week-end.
Pour 4 personnes ;
1 kg de viande de cheval découpée en morceaux
3 oignons émincés finement ou grossièrement selon le goût
2 tranches de pain d'épice nature ou une tranche de pain sans la croute
moutarde forte
1 bouteille de trappiste brune (une Westmalle double dans ce cas précis)
sel-poivre-tyhm-laurier
beurre
 
Faire blondir le beurre dans une cocotte. Y faire brunir les morceaux de viande, saler, poivrer.
Lorsque la viande a prit couleur, ajouter les oignons, arroser de la moitié de la bouteille de bière et poser les tranches de pain d'épice généreusement tartinées de moutarde. Ajouter le thym et le laurier.
Couvrir et laisser cuire à feu très doux pendant minimum 2 heures en mélangeant de temps en temps. Un quart d'heure avant la fin de la cuisson, ajouter le reste de la bière et racler les bords de la casserole pour récupérer les sucs de cuisson.
Laisser refroidir une nuit et réchauffer le lendemain.
Si la sauce est trop liquide, lier avec un peu de farine.
 
 
 
 
 

00:58 Écrit par gode dans recettes | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

22/08/2004

Brassicolement-vôtre

Il est peut-être temps que je vous parle de mon autre site, d'autant qu'il vient d'être mis à jour.
Brassicolement-Vôtre est uniquement et exclusivement consacré à la bière belge. Encore un me direz-vous. C'est vrais qu'il y en a d'autres, parfois très bien fait, mais j'ai voulu développer le côté visuel du sujet. Oh, pas par le contenant, qui est techniquement et visuellement très basique, mais plutôt par le contenu. Ainsi, plus de 1600 photos agrémentent le site. Les photos de bouteilles et de verres évidement (environ 1200), mais j'ai voulu montrer les endroits où sont brassées vos bières préférées. Ce sont ainsi 26 brasseries qui vous ouvrent déjà leurs portes.
Je crois que c'est la principale originalité du site.
Il est complété par des rubriques sur la fabrication, l'histoire, la dégustations, un agenda et une rubrique ou je renseigne les bonnes adresses pour aller prendre un verre.
http://www.brassicolement-votre.org


14:09 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/08/2004

L'Auberge du Bovendael

Impossible de dire du mal de ce resto. Ce sont des amis et les amis, c'est sacré. Mais une bonne table dans un endroit sympa, c'est important aussi. Et ce n'est pas faire de favoritisme de dire que cette adresse est un maître-choix dans on quartier, celui de la place du Jeu de Balle.
La maison est minuscule, mais on s'y sent tout de suite à l'aise tant l'endroit est bien pensé.
Sa cuisine belgo-française est excellente et les portions généreuses. Les vins sont abordables mais de qualité. Le patron cuisine particulièrement bien la viande. Patron que l'on voit à l'oeuvre de la salle, en en se rendant au jardin si le temps le permet.
Un petit point noir toutefois, le dimanche midi, lorsque les hordes de touristes délaissent le Vieux-marché pour envahir les établissements du quartier. Si on veut un peu de calme, choisir un autre jour serait judicieux.
L'Auberge du Bovendal
rue des Renards 3
1000 Bruxelles
02.502.96.14
Fermé le lundi et le mardi. Les autres jours, ouvert de 12 à 22 heures (cuisine).

22:04 Écrit par gode dans resto | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

13/08/2004

Recette ; rillettes de lapin

Essayer, c'est adopter. Mes convives m'ont souvent dis que c'étaient les meilleures rillettes qu'ils avaient goûtés. Par politesse,....ou pas?

La recette est simple. La seule difficulté est de désosser le lapin, mais c'est primordial.

 

Pour une quantité de viande de lapin (sans os), prévoir environ la même quantité de lard (il peut y en avoir un peu plus s'il est maigre). Moitié lard frais, moitié lard fumé.

Faire prendre couleur au lapin dans une cocotte. Lorsqu'il est bien coloré, ajouter un oignon émincé, le lard et ajouter de la Chimay capsule bleue. Couvrir et laisser cuire à feu très doux. Vérifier de temps en temps si la viande n'est pas trop sèche. Dans ce cas, ajouter de petites quantités de bière. C'est prêt lorsque toutes les viandes s'écrasent à la fourchette (il ne dois plus rester de morceaux). Rectifier l'assaisonnement, et mettre dans un plat (si c'est destiné à être conservé, couvrir de saindoux).

Laissez reposer 24 heures.

Servir avec des toasts, confiture d’oignon, cornichons, etc…





01:12 Écrit par gode dans recettes | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

11/08/2004

Le Bier Circus

L’amateur de bières spéciales ne peut ignorer le Bier Circus. Voisin de l’autre, le Cirque Royal, il propose une carte d’environ 200 spécialités. Ici, les grands groupes brassicoles n’ont pas voix au chapitre. Place à la production brassicole artisanale qui a fait, et fait encore la renommée des bières belges. On a pourtant eu peur pour ce petit paradis. Le bâtiment ayant été vendu, la spéculation immobilière allait-elle avoir raison de la motivation des patrons? La bonne nouvelle est tombée il y a peu,. Au grand soulagement des bierophiles de tous poils, l’aventure brassicole continuera à quelques dizaines de mètres seulement de l’endroit où elle a commencé voici 11 ans.

D’ici là, je ne peux que conseiller à ceux qui ne l’ont pas encore fait, d’aller humer l’atmosphère de ce lieu tout entier voué à Gambrinus.

Le Bier Circus

Rue de l’Enseignement 89

1000 Bruxelles

02.218.00.34

(jusqu’en février-mars 2005

12:27 Écrit par gode dans bonnes adresses | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/08/2004

Le Saint-Boniface

Amis de la cuisine française de terroir, ceci est pour vous. A un jet de pierre de l’église du même nom (qui en perd d’ailleurs, des pierres) ; le Saint-Boniface. L’antre de la bonne cuisine française de tradition, où se bousculent sur la carte foie gras, rillettes, confits, cassoulets, tripes et lentilles.  Un acceuil simple, dans le bon sens du terme, et diablement efficace, Véronique vous guidera parmis les plats mitonnés par son cuisinier de mari et l’impressionnante carte des vins.

Le genre de table que l’on quitte avec la satisfaction du “travail” bien fait.

A la belle saison, on mange au jardin, sous la vigne.

Amis des régimes, passez votre chemin, ceci n’est pas pour vous.

Le St-Boniface

Rue Saint-Boniface 9

1050 Ixelles

02.511.53.66

Fermé le samedi et dimanche.

10:28 Écrit par gode dans bonnes adresses | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Dégustation ; Boskeun

La Boskeun, le "lapin des bois", surnom d'un des "Dolle Brouwers" d'Essen. Leur histoire mérite un post séparé au minimum. Voyons comment un architecte et un médecin (boskeun c'était le médecin) ont imaginé leur bière de Pâques. Ce n'est pas la saison, c'est vrai, mais les bières provenant de cette brasserie gagnent à mûrir quelques mois encore après leur mise en bouteille, et pour juger de l'évolution, il faut bien en ouvrir une de temps en temps (toutes les excuses sont bonnes :0). J'ai donc débouché une Boskeun alors que la température ambiante daignait enfin de perdre l'un ou l'autre degré. La bouteille a été rafraichie quelques heures au frigo. Elle se présente comme une blonde cuivrée tirant un petit 7% Alc. et refermentée en bouteille. Douce à l'odeur, elle l'est également à l'attaque en bouche. Mais on la sent hésitante, et finalement c'est une sécheresse de malt qui prend le dessus et persiste très longtemps en bouche. Celle-ci mérite encore quelques mois de cave qui vont atténuer sa douceur et affirmer son goût.
 

01:18 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/08/2004

Schieven architek!

Schieven architek! Probalement la plus connue des insultes bruxelloise, mais tombée en désuétude.

On a surtout retenu qu’elle visait Joseph Poelaert, bâtisseur de l’immense Palais de Justice sur la place qui porte dorénvant son nom, et qui nécéssitat la démolition du quartier du Bovendael.

Pourtant, l’origine est toute autre. Après le percement de la jonction Nord-Midi, il a bien fallu reconstruire de nouveaux bâtiments en lieu et place de ceux qui avaient été rasés. Pour que les choses ne trainent pas, des architectes étrangers ont été appelés en renfort. Lorsqu’on lève le nez en se baladant sur les boulevards du centre (en faisant toutefois attention aux bancs publics, poteaux ou autres signatures canines), on remarque d’ailleurs les différences de style. Parmis ces architectes, il y avait des anglais. Et le “chief architect” est très vite devenu “schieven architect” chez les ouvriers bruxellois moqueurs.

Quoiqu’il en soit, lorsqu’on se ballade dans le palais, on se dit que ce bon monsieur Poelaert devait au minimum être un rien mégalo

13:58 Écrit par gode dans Bruxelles | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Le Poechenellekelder

Vu sa situation, on pourrait croire que c’est un piège à touristes, comme il en existe beaucoup dans le centre. Mais malgrés qu’il  soit en face d’un des monuments  les plus photographié de Bruxelles, Menneke-pis, pour ne pas le citer, le Poechenellekelder est resté un estaminet Bruxellois, fréquenté, mais oui, par des Bruxellois. On y trouve du faro au fût. Faut-il s’en étonner lorsqu’on sait que le baas est le fondateur de l’ordre du même nom. L’ordre y tient ses réunions, tout comme d’autres confréries bruxelloises hautes en couleurs.

La déco fait référence au nom de l’établissement, les marionnettes et à son illustre voisin, le plus vieux bourgeois de la ville. Particularité, même lorsque l’établissement est plein à craquer, il reste parfois une table de libre qu’il ne faut pas s’aviser d’occuper, la table des habitués.

A côté de la terrasse, on trouve un autre monument de la tradition Bruxelloise; la marchande de caricoles. On reviendra sur ces délicieux gastéropodes dans un autre post.

Un endroit qu’il faut visiter au moins une fois, pour ne pas mourir idiot.

Le Poechenellekelder

rue du Chène 5

1000 Bruxelles

02.511.92.62

11:57 Écrit par gode dans bonnes adresses | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/08/2004

Dégustation : Kriek Liefmans

Pas évident de se désaltérer par ces chaleurs. On se prendrait bien une bière fruitée, une kriek par exemple. Seulement voilà, les kriek disponibles sont souvent le mélange d'une bière quelconque additionnée d'un sirop de cerise sucré à souhait, qu'elle soit primeur (suivez mon regard) ou non. Alors, comme la Hansens, la Boon, la Cantillon etc... sont peu disponibles, vous trouverez dans la plupart des moyennes et grandes surface la kriek Liefmans.
Ici, il ne s'agit pas d'une kriek lambic, mais d'une kriek sur base de vieille brune d'Oudenaarde. Liefmans a été repris par Riva et les bières sont brassée là-bas, mais subissent leur fermentation dans la brasserie Liefmans. La kriek est assez légère, 6% alc., la mousse est abondante et de bonne tenue, l'odeur de cerise (et pas de bonbon à...) présente et agréable, la robe d'un brun-rouge foncé.
Le goût est assez doux à l'attaque en bouche, mais une petite pointe d'acidité en arrière goût rappelle les origines de la belle. Elle ne peut avec les chaleurs actuelles, être servie à température ambiante. Mais sortant d'une cave bien fraîche ou à la rigueur après quelques heures de frigo...
Elle est disponible en bouteille de 37,5 ou de 75 cc, reconnaissable à son papier de soie qui emballe la bouteille.

20:01 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Le Meyboom

Demain 9 août, le cœur de Bruxelles va battre un peu plus fort. C’est en effet demain, veille de la Saint-Laurent que sera planté le Meyboom.

Je ne vais pas revenir sur l’historique de cette tradition, j’ai repris un texte déjà existant il sera en fin d’article. Mais j’estime qu’il s’agît là de la plus authentique des fêtes populaires Bruxelloises. Le quartier où l’arbre est planté chaque année a été sacrifié sur l’autel de la modernité lors de la construction de l’immonde cité administrative, du boulevard Pacheco, du Passage 44… Les Bas-Fonds avaient cessés d’exister. Mais on ne déracine pas un bas-fondiste comme çà. Chaque année ils reviennent dans leur quartier à l’occasion du Meyboom.

Comme chaque année, l’arbre sera planté avant 17 heures au carrefour entre la rue du Marais et la rue des Sables, et le faro pourra à nouveau couler à flot. Les géants Mieke, Janneke et les autres pourrons danser sur les airs de la fanfare. Les Buumdroeger auront fait leur office.

Le quartier devenu administratif vivra un peu en dehors des heures de bureau, avant de se rendormir jusqu’à l’année prochaine.

Rendez-vous donc avant 17 heures, rue des Sables, sinon à 15 heures sur la Grand-Place de Bruxelles. Entre les 2, le cortège ira se désaltérer à la Mort-Subite.

Ci-après, un petit article sur la longue tradition du Meyboom, il n’est pas de moi, je l’ai trouvé sur le site de Meyboom , et j’ai choisi de reprendre la version en Bruxellois.

 

D'istoure goet offisiëllemaan wei tot in 1213 en vi soemeste zelfs tot in 1143. In danen taîd wid er nog ni geklapt van de twiede stadsgrecht, dei dee na de Klane Ring oet. Me zoete nog in den ieste gemasjte grute meur, wovan da de zwetten toure nog nen temwaî  van es. Boêite dane meur woeren er ouveral tavernes woe da de mense uile kësjt bruud mè eet baa of uile pint bee vuil goeikuper aan, vi de sumpel reide da de kafeiboeze boêite de meur zu gien uge takse moeste betoele. Dei tavernes woere schuun gepaleid vi volk oen te trekke.'t Es doemei dat er doe dikkes traafieste geveed widde, zu alla Breugel: uile nen boelt en twie kët ermkes frette, bee zoêipe tot as et er langs uilen ure oeitkwam en dèn danse tot 's merges vreug.

Zu was er ne ki in de taverne 't Katsoêis 'n traafiest beizeg. In iene ki widde dei mense ouvervalle dui oeligans. Dei doeften er mo op, pesees da 't kafzakke woere. Iene was toch kunne goen lupe en de wacht van de Warmoespoort (woe da na et Sasottel stoet) goen alarmeire. De wachters koste dei oeligans aanserkleire en opsloêite. Ze zoegen uuk direkt mè wee da ze te doon ave: dei ambrasmoekers woere Luiveneirs, dee ni kosten oêitstoen da de Brusseleirs uile goeikuup kosten amuzeire.

Vi uilen ouverwinning te veere mochte ze ne maîbuum plante. Vuil loeter, in 1311 gaf ertog Jan II van Brabant 'n kuire on de bougschuttersgilde van Sint-Lorensius mè de privilêsj oem elk joer nen buum te kappen in het Zoniënbos. De 9sten ogustus vui 5 eure in den achternoon (oem 5 eure beginnen de vespers van 't fiest van Sint-Lorensius 's anderendoegs) moot dansen buum do stoen. As er ei ni stoet vui 5 eure, veroeist de privilêsj no dei van Luive.

De Luiveneirs emme dajuir in 1939 de maîbuum probère te pikke, mo vui 5 eure aan de Brusseleirs er ne neuven buum kunnen plante. 't Es doemei dat er na zuwel in Luiven as in Brussel de 9sten ogustus ne maîbuum geplant wed.

't Spektoekel es de moeite wêd: mè de fanfare van de maîbuum, twie man en ne pjêrekop en de joengste es apeuprè 70 joer, ruize, ruizinne en klaîn ruiskes en mè zjandarme mè kartonne pjère. Op volle stroet wed er den faro geschoenke, 'n bee da zeut binnenlupt

 

http://users.skynet.be/calomme/meyboom/fr/




19:27 Écrit par gode dans Bruxelles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Tintin en Bruxellois

75 ans. Il a fallu attendre 75 ans avant voir Tintin s’exprimer dans le dialecte de sa ville d’origine. Enfin, c’est fait. Oh, on connaît l’histoire, c’est une adaptation, pas un nouvel album. Mais quel plaisir quand même de lire un ouvrage en Bruxellois, ils sont tellement rares.

Les personnages principaux ont gardés leur nom. Tournesol n’est pas devenus Zonnebloem. Mais si je vous dis Meuleveld et Zondervet ? Vous donnez votre langue au chat ? Aller, l’un est un château, l’autre une boucherie avec des problèmes de raccordement téléphonique (Hergé devait certainement avoir un œuf à peler avec la défunte RTT).

Pour accompagner la lecture de cet album, je ne peux que conseiller « Tintin, gamin (ketje) de Bruxelles (Casterman). Les auteurs ont repris, dans les différentes éditions des albums du héros à la houppette, les références et allusions à Bruxelles et au bruxellois (donc bien sur, le célèbre « marollien » des Arumbayas). Références qui disparaissent au fil des rééditions. Internationalisation du héros oblige.

La première partie du livre est un peu austère, les auteurs ayant voulu expliquer leurs méthodes de travail. La seconde partie donne envie d’aller refaire un tour du côté de sa bibliothèque.

L’éditeur estime qu’un tirage de 10000 exemplaires de « De bijous van de Castafiore » serait un succès. Espérons qu’il y en ait beaucoup plus et que d’autres adaptations suivront. Tiens, « L’oreille cassée » par exemple. Avec comme clin d’œil suprème les Arumbayas qui s’exprimeraient….en français.



13:28 Écrit par gode dans Bruxelles | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

07/08/2004

Beermania

LE magasin pour l'achat au détail de bières spéciales à Bruxelles, c'est également un des premier magasin de ce type en Belgique avec ses 20 ans d'existence. Il y a 2 ans, un salon de dégustation a été ajouté à l'arrière du magasin. Particularité, ce sont les rayons du magasin qui font office de carte. Le patron, Nasser Efthekari est d'origine Iranienne, l'ancienne Mésopotamie, berceau de la bière, comme quoi...
Nasser organise des dégustations, accompagnées ou non d'un repas et lorsque l'occasion se présente, des concerts de jazzz.
A saluer, son initiative l'année dernière, lorsqu'il a organisé un souper-concert au bénéfice des sinistrés de BAM. Cuisine iranienne (Aaah la cuisine de Natacha),  jazz et bières belges, c'était un curieux mélange. Mais c'était très agréable et cela a rapporté des sous. Chose étonnante, un magasin de bière a eu la même démarche aux USA, et le patron est venu approrter le chèque (et une coupure de la presse locale) à Nasser il y a quelques temps. 
 
Beermania
Chaussée de Wavre 174-176
1050 IXELLES
Tel 32.2.512.17.88
Fax 32.2.511.32.42
http://www.beermania.be
Ouvert du lundi au samedi de 11 à 19 heures. Le salon de dégustation jusqu'à 21 heures au moins.


18:17 Écrit par gode dans bonnes adresses | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Recette : huitres chaudes à la Duchesse de Bourgogne

On doit cette recette à Manu à l'occasion du premier "lundi table 1" à Beermania.

 

Pour 4 personnes :

24 huîtres creuses

25 cl de Duchesse de Bourogne

3 échalotes hachées

2 dl de crème fraîche

sel, poivre du moulin

(vinaigre de Kriek)

 

- Ouvrir les huîtres, les détacher de la coquille, évacuer le premier jus et les garder dans un bol après avoir éliminé impuretés.

- Rincer les coquilles et les poser sur une plaque allant au four.

- Faire réduire dans un poêlon la bière et l'échalote hachée à l'état de sirop, laisser refroidir.

- D'autre part, saler légèrement et poivrer la crème fraîche, puis la fouetter pour obtenir la consistance d'une crème chantilly.

- Mettre les huîtres dans les coquilles récupérer le jus rendus par l’huître, le passer au chinois fin, le mélanger à la réduction de bière et incorporer l'ensemble à la crème fouettée (facultatif; ajouter un trait de vinaigre de kriek Cantillon).

- Préchauffer la partie haute du four au maximum (grillade), recouvrir complètement les huîtres de crème et gratiner juste avant de servir.

 

Conseil de bière pour l'accompagnement ; Gouyasse, Bink Blond

 

Ces bières sont également les maîtres achats pour accompagner des huîtres fraiches.

 






17:59 Écrit par gode dans recettes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

musée schaerbeekois de la bière

Un de mes points de chute régulier, le petit musée de la bière de l'avenue Louis Bertrand.
Ce n'est pas le plus grand, ni le plus beau, ni le mieux rangé, mais il a le mérite d'exister.
Depuis 10 ans, il vit grâçe au bénévolat d'une petite dizaine de personnes (qui sont encore pour la plupart les fondateurs) qui se relaient pour l'ouvrir au public 2 après-midi par semaine, pour l'entretenir, trouver de nouvelles pièces...
Il existe aussi par la volonté de la commune de Schaerbeek, qui malgrés ses problèmes de trésorie, continue à mettre gracieusement les locaux à disposition.
On y boit la Schaerbeekoise, bière ambrée brassée par l'Abbaye des Rocs, qui connait un succès certain auprès des habitués de l'estaminet du musée.
Une petite visite ne coûte pas cher (3€) et on se voit offrir un verre de Schaerbeekoise. Que demander de plus?
Les coordonnées peut-être ;
Musée Schaerbeekois de la Bière a.s.b.l.
Avenue Louis Bertrand 33-35
1030 SCHAERBEEK
Tél-Fax : 02.241.56.27
email : roger_peeters@belgacom.net

Le musée est ouvert le mercredi et le samedi de 14 à 18 heures.
 
Visitez aussi le site que je leur ai consacré;
http://users.skynet.be/museedelabiere


 

16:59 Écrit par gode dans bonnes adresses | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Table un

Cela commence par un groupe d'habitués installés à la table 1 dans le salon de dégustation d'un magasin de bières bien connus à Ixelles, et cela se prolonge par un concept peut-être pas novateur, mais intéressant.
Amateur de bonne bière est aussi bien souvent amateur de bonne chère. C'est ainsi qu'un beau soir, Nasser (le patron), nous a proposé le prêt de sa cuisine pour préparer le repas dont on parlait. On s'occupait de tout ce qui était achats, préparation et comptes. Ils ne s'occupait que de vendre sa bière, bière en accord avec les plats préparés. Les "lundi table un" étaient nés, à raison d'un lundi par mois, hors vacances.
Un coups de châpeau à Nasser, qui ne demande rien pour l'utilisation de sa cuisine (on va devoir remédier à çà), mais qui ne peut s'empêcher de nous donner un coups de main pour tout ranger. Coups de châpeau aussi à ceux qui se sont relayés en cuisine au cours des derniers mois.
Le premier soir, nous avons préparé le pâté bruxellois dont j'ai donné la recette à l'occasion de premier post, mais aussi des huitres chaudes à la Duchesse de Bourgogne, un régal.
Nos expérimentations feront l'objet de post réguliers.
 

16:11 Écrit par gode | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bus Bavard

L'ASBL Bus bavard organise des ballades à la découverte de Bruxelles depuis 20 ans.
Sur les traces de Brel, de Horta, de Tintin ou des alchimistes, chaque parcours amène son lot de découvertes et d'étonnements. Incontournable tant pour les personnes de passage que pour le Bruxellois qui veut mieux connaître sa ville.
Une petite visite sur leur site s'impose pour connaître la variété des thèmes abordés.
http://www.busbavard.be
 

15:45 Écrit par gode dans Bruxelles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

recette : Pâté Bruxellois

Petite recette perso pour débuter le parcours gourmand de ce blog, le pâté bruxellois. Largement inspiré du pâté gaumais, le vin blanc et le vinaigre sont remplacé par une gueuze artisanale de bonne tenue (dans ce cas précis, une Girardin étiquette noire), et une couche de chicons confits à la cassonade va rejoindre la viande sous une pâte feuilletée.
Le pâté se dégustera de préférence le lendemain, légèrement réchauffé, accompagné d'une salade et de l'inévitable verre de gueuze.
Trève de blabla,

Pour un moule à pâtisserie de 20 cm, prévoir environ 700 gr de viande de porc et 4 chicons.

Emincer la viande de porc et la faire mariner minimum 24 heures dans de la gueuze, avec ail, oignon (1) et échalotes (3) émincés, thym et laurier.

Effeuiller les chicons, les passer quelques minutes à la vapeur pour qu’ils perdent leur eau. Ensuite, les passer au beurre et les confire rapidement avec de la cassonade (les chicons ne doivent pas être complètement cuits après cette étape)..

Abaisser une pâte feuilletée dans le moule beurré. Ajouter la viande de porc égouttée, salée et poivrée. Couvrir de chicons confits et refermer à l'aide de pâte feuilletée. Faire un trou dans la pâte pour que la vapeur puisse s'échapper, dorer au jaune d’œuf.

Cuire environ 1h15 au four à 180-200°.

Démouler sans se brûler et laisser refroidir.



15:16 Écrit par gode dans recettes | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |