29/08/2004

la bière bruxelloise 1 ; le lambic

Le lambic est un survivant. Ils ne sont plus qu’une poignée, à Bruxelles et dans le Payottenland à encore en brasser. A l’origine, toutes les bières sont de fermentation spontanée, mais elle se conservaient difficilement. Sauf dans la vallée de la Senne, où l’action des levures sauvages permettaient de conserver la bière de longs mois, voire des années, ce qui est encore un mystère de nos jours. Les travaux de Pasteur, puis de Hanssen ont permis de comprendre la fermentation et de remédier au problème de la conservation de la bière. Mais à Bruxelles et dans une partie du Brabant Flamand, on continue encore aujourd’hui à fabriquer de la bière sans ajouter de levure. Après l’ébullition, le moût débarrassé du houblon est pompé dans un bac large et peu profond où il va refroidir pendant une nuit, exposé à l’air ambiant. C’est durant cette période que des levures sauvages vont ensemencer le moût qui va être transféré dans des barriques où il va commencer sa lente fermentation. Le résultat est une bière légère, sans mousse ni pétillant au goût acidulé, voire franchement acide.

Ou en boire? C’est là que ça coince. A Bruxelles, je ne vois que la brasserie Cantillon qui va vous le servir nature. Ailleurs, comme à la Bécasse, il sera plus que probablement édulcoré.

A Beersel, 2 adresses, 3 Fonteinen et In de Oude Pruim. A Gooik, chez De Cam.

Les produits dérivés, comme le faro, la gueuze ou la kriek....c’est une autre histoire


00:11 Écrit par gode dans bière | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

pour en boire a bxl des vrais gueuzes ? plusieurs bonnes adresses : café " la brocantes " place du jeu de balle , le poechenellekelder en face du manekenpis, le beercircus a coté du cirque royal et le meder lambic derriere l'hotel de ville de St gilles

Écrit par : bip | 18/03/2007

Les commentaires sont fermés.