08/08/2004

Le Meyboom

Demain 9 août, le cœur de Bruxelles va battre un peu plus fort. C’est en effet demain, veille de la Saint-Laurent que sera planté le Meyboom.

Je ne vais pas revenir sur l’historique de cette tradition, j’ai repris un texte déjà existant il sera en fin d’article. Mais j’estime qu’il s’agît là de la plus authentique des fêtes populaires Bruxelloises. Le quartier où l’arbre est planté chaque année a été sacrifié sur l’autel de la modernité lors de la construction de l’immonde cité administrative, du boulevard Pacheco, du Passage 44… Les Bas-Fonds avaient cessés d’exister. Mais on ne déracine pas un bas-fondiste comme çà. Chaque année ils reviennent dans leur quartier à l’occasion du Meyboom.

Comme chaque année, l’arbre sera planté avant 17 heures au carrefour entre la rue du Marais et la rue des Sables, et le faro pourra à nouveau couler à flot. Les géants Mieke, Janneke et les autres pourrons danser sur les airs de la fanfare. Les Buumdroeger auront fait leur office.

Le quartier devenu administratif vivra un peu en dehors des heures de bureau, avant de se rendormir jusqu’à l’année prochaine.

Rendez-vous donc avant 17 heures, rue des Sables, sinon à 15 heures sur la Grand-Place de Bruxelles. Entre les 2, le cortège ira se désaltérer à la Mort-Subite.

Ci-après, un petit article sur la longue tradition du Meyboom, il n’est pas de moi, je l’ai trouvé sur le site de Meyboom , et j’ai choisi de reprendre la version en Bruxellois.

 

D'istoure goet offisiëllemaan wei tot in 1213 en vi soemeste zelfs tot in 1143. In danen taîd wid er nog ni geklapt van de twiede stadsgrecht, dei dee na de Klane Ring oet. Me zoete nog in den ieste gemasjte grute meur, wovan da de zwetten toure nog nen temwaî  van es. Boêite dane meur woeren er ouveral tavernes woe da de mense uile kësjt bruud mè eet baa of uile pint bee vuil goeikuper aan, vi de sumpel reide da de kafeiboeze boêite de meur zu gien uge takse moeste betoele. Dei tavernes woere schuun gepaleid vi volk oen te trekke.'t Es doemei dat er doe dikkes traafieste geveed widde, zu alla Breugel: uile nen boelt en twie kët ermkes frette, bee zoêipe tot as et er langs uilen ure oeitkwam en dèn danse tot 's merges vreug.

Zu was er ne ki in de taverne 't Katsoêis 'n traafiest beizeg. In iene ki widde dei mense ouvervalle dui oeligans. Dei doeften er mo op, pesees da 't kafzakke woere. Iene was toch kunne goen lupe en de wacht van de Warmoespoort (woe da na et Sasottel stoet) goen alarmeire. De wachters koste dei oeligans aanserkleire en opsloêite. Ze zoegen uuk direkt mè wee da ze te doon ave: dei ambrasmoekers woere Luiveneirs, dee ni kosten oêitstoen da de Brusseleirs uile goeikuup kosten amuzeire.

Vi uilen ouverwinning te veere mochte ze ne maîbuum plante. Vuil loeter, in 1311 gaf ertog Jan II van Brabant 'n kuire on de bougschuttersgilde van Sint-Lorensius mè de privilêsj oem elk joer nen buum te kappen in het Zoniënbos. De 9sten ogustus vui 5 eure in den achternoon (oem 5 eure beginnen de vespers van 't fiest van Sint-Lorensius 's anderendoegs) moot dansen buum do stoen. As er ei ni stoet vui 5 eure, veroeist de privilêsj no dei van Luive.

De Luiveneirs emme dajuir in 1939 de maîbuum probère te pikke, mo vui 5 eure aan de Brusseleirs er ne neuven buum kunnen plante. 't Es doemei dat er na zuwel in Luiven as in Brussel de 9sten ogustus ne maîbuum geplant wed.

't Spektoekel es de moeite wêd: mè de fanfare van de maîbuum, twie man en ne pjêrekop en de joengste es apeuprè 70 joer, ruize, ruizinne en klaîn ruiskes en mè zjandarme mè kartonne pjère. Op volle stroet wed er den faro geschoenke, 'n bee da zeut binnenlupt

 

http://users.skynet.be/calomme/meyboom/fr/




19:27 Écrit par gode dans Bruxelles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.